A LA UNEALERTE INFOSSOCIETE

Afghanistan, le désespoir et la misère dans les rues de Kabul

On n’a plus à manger, on va finir par mourir de faim » :

dans les rues de Kaboul, Banques à court de liquidités, familles contraintes de vendre leurs biens, système de santé au bord de l’implosion… En Afghanistan, le nouveau gouvernement taliban est confronté à une crise économique et humanitaire.

Au cœur de Kaboul, mardi 14 septembre à la mi-journée, dans le quartier de Shahr-e Naw, les gardes de la principale succursale de la New Kabul Bank tentent, en vain, de déloger du trottoir les centaines d’hommes venus retirer de l’argent sur leurs comptes. « La banque n’ouvrira pas aujourd’hui, partez ! », hurle l’un d’eux à la foule, dont une partie reste assise, de dépit et de colère. La plupart ont dormi sur place. Voilà trois jours qu’ils attendent que la banque centrale livre des fonds à cette banque publique, l’une des rares à encore donner accès aux comptes bancaires, dans des limites très contraintes. Mais les caisses de l’Etat afghan sont désespérément vides.

Des hommes attendent depuis le matin (certains depuis plusieurs jours) devant une banque gouvernementale pour y retirer du liquide, mais celle ci est à cours de billet depuis 3 jours, le 14 septembre.

Bienvenue sur Mediaplus Info !

Abonnez-vous pour bénéficier de nos dernières actualiés.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page