A LA UNEALERTE INFOSMERCURESOCIETE

Le maire de l’arrondissement 8 à t’il réellement vendu des parcelles illégalement à Bassinko ? Nous avons eu une interview avec le président de l’association des résidents de Bassinko.

Groupe Média Plus Infos à pu rentrer en contact avec le président de l’association des résidents de Bassinko qui nous livre leurs avanture sur la forfaiture de la mairie de l’arrondissement 8 de la commune de Ouagadougou.

1. Il nous revient que les résidents de la cité de Bassinko accusent la mairie de l’arrondissement 8 de la commune de Ouagadougou d’avoir parcellé et vendu des terrains à Bassinko ?

Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez au pôle urbain de Bassinko censé abriter 14 000 logements avec environ 100 000 habitants. On pourrait parler de la ville de Koudougou sans les villages en terme d’équivalence.
Sur le site, plusieurs promoteurs immobiliers ont érigé des maisons. La cité CEGECI a prévu des espaces pour abriter des infrastructures publiques (écoles, centres de santé, commissariat, maison de la femme, aires de jeux, marchés etc. Sur le site de CEGECI notre combat a toujours été le respect du cahier des charges en matière d’urbanisation et de la nécessité d’une politique de sécurisation des espaces. C’est pour vous dire que l’espace du marché situé sur le site de CEGECI fait partie des espaces pour lesquels nous nous battons pour éviter l’anarchie dans la cité. L’Association des Résidents de la Cité de Bassinko (ARCIBA) a écrit au maire de Ouagadougou le 28 octobre 2020 pour l’alerter de l’occupation anarchique des espaces verts et formuler un besoin d’aménagement du site du marché.

Le maire de l’arrondissement 8, Monsieur Kassoum Simpooré

2. Quand vous avez appris que le terrain du marché à fait l’objet de parcellement, qu’elle a été la réaction de la communauté des résidents ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

Dès que nous avons été informés de manière informelle sur le processus de parcellisation du site du marché, en tant qu’association qui œuvre pour le bien être dans la cité, nous avons exigé une forte implication des résidents. N’ayant jamais été associé à cette initiative, nous avons encore écrit au maire central de Ouagadougou le 24 aout 2021 pour dénoncer et notifier notre démarcation de la parcellisation du site réservé au marché par une commission unilatérale de l’arrondissement N°8 de Ouagadougou. Nous avons également écrit au ministre en charge de l’urbanisme pour demander l’identification et la sécurisation de tous les espaces verts afin d’éviter l’accaparement qui met en mal le vivre ensemble dans la cité. Des tentatives d’occupation des espaces continuent alors qu’on en aurait besoin pour des infrastructures publiques. Nous ne sommes pas contre le projet de marché, nous sommes pour la transparence dans le processus.

4. Pensez-vous à un détournement de parcelles ?

La gestion de l’espace CEGECI revient au ministère de l’habitat, si une autorité non habilitée intervient sur le site sans l’aval de CEGECI ou du ministère, nous parlons de procédure illégale. Nous demandons simplement une transparence par le respect des textes en la matière et l’implication des résidents.

5. Vous avez pu rencontrer la maire de l’arrondissement 8 ? Quelle a été la base de vos échanges ?

En 2018, face au risque d’accaparement du domaine public, ARCIBA a sollicité une audience avec le maire de l’arrondissement 8. L’audience a eu lieu le 14 mars 2018 à la mairie. Au cours de l’audience, ARCIBA a sollicité l’identification et la signalisation des espaces d’utilité publique, l’identification et la construction du marché. Le compte rendu de cette audience a été publié sur la page Facebook de l’association. On pourrait y lire que le maire affirme ne pas détenir de document officiel concernant la cité de Bassinko et surtout qu’il ne dispose pas de marge de manœuvre pour répondre aux sollicitations des résidents. Il a cependant montré sa disponibilité à accompagner les résidents dans la recherche de solutions qui visent la préservation des espaces d’utilité publique afin qu’ils ne deviennent des propriétés privées et changent de destination. Maintenant que nous constatons que c’est une commission de la mairie qui est à la manœuvre, nous avons pris nos responsabilités pour alerter la mairie centrale avec ampliation le Ministère de l’habitat, la mairie de l’Arrondissement 8 et CEGECI. ARCIBA se donne le droit d’utiliser tous les moyens, mêmes judiciaires, pour défendre les droits des résidents de la cité CEGECI dans cette affaire.

Aboubakari Barro

Le président de L’association des résidents de la cité de Bassinko

La rédaction

MONSIEUR ABOUBAKARI BARRO PRESIDENT DE L’ARCBA

Bienvenue sur Mediaplus Info !

Abonnez-vous pour bénéficier de nos dernières actualiés.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page