A LA UNEALERTE INFOSPOLITIQUESÉCURITÉ BF

Politique au Burkina Faso – Le PDC prêt pour la marche du 27 Novembre. Que le président Kaboré tire toutes les conséquences de la dégradation sécuritaire.

Après son retrait de la majorité présidentielle, le Parti pour la Démocratie et le Changement (PDC) de Saran Sérémé a effectué sa première sortie médiatique le lundi 22 novembre 2020 à Ouagadougou. Le parti par la voix de son président Fadel Aziz Sérémé a dénoncé la dégradation de la situation sécuritaire nationale, appelant du même coup le président du Faso à « tirer toutes les conséquences », face aux manifestations tous azimuts. « Dablo (Sanmatenga), Tankoualou (Komandjoari), Mangodara (Cascade), Kelbo (Soum), Lanfiera, Di, Louta/Toéni (Sourou)… et particulièrement l’ignoble massacre d’Inata (Soum) », a égrainé et déploré le PDC, parlant des attaques terroristes à répétitions dans plusieurs régions du Burkina. Pour Fadel Sérémé, ces attaques mettent « en exergue l’incompétence, l’incapacité, l’inconséquence, l’inconsistance, l’insouciance de la gouvernance, hélas, actuelle », du pays. « Si des soldats peuvent se retrouver des jours sans manger, je crois que vraiment il y a de l’incompétence et de l’insouciance », s’est inquiété le PDC, qui dit comprendre l’onde de choc provoqué par l’attaque d’Inata. Pour cela, le parti a annoncé sa participation à la marche du 27 novembre prochain, pour dit-il, soutenir les FDS. »Au regard de la situation délétère d’aujourd’hui, la perte de contrôle d’une grande partie du territoire national… le PDC en toute responsabilité, appelle le chef de l’Etat à en tirer toutes les conséquences de la situation », a déclaré Wahab Drabo du bureau exécutif du parti. Et par « tirer toutes les conséquences », M. Sérémé a précisé : « toute personne qui se sent capable de relever le défi, nous l’encourageons et nous la soutenons. Mais toute personne qui devient un problème, qu’elle prenne toutes ses responsabilités: personne n’est indispensable (…) Pourvu que notre territoire soit sauvé. Si demain, le chef de l’Etat sauvait le pays, Dieu merci! Mais si c’est une autre personne, Dieu merci! » Pour le PDC, l’heure n’est plus aux calculs politiques et aux tergiversations mais plutôt à agir pour sauver le pays. Le parti appelle alors « le peuple burkinabè dans toutes ses composantes, sans distinction aucune, à un éveil patriotique et un sursaut salvateur face à son destin », exprimant du coup son soutien à « toutes les initiatives de lutte contre le terrorisme et contre les complicités apparentes ou nébuleuse ».Il faut rappeler que le PDC a annoncé sa participation à la marche du 27 novembre prochain pour dénoncer la dégradation de la situation sécuritaire et « la mauvaise gestion actuelle du pays »

Minute.bf

Groupe Média Plus Infos

Bienvenue sur Mediaplus Info !

Abonnez-vous pour bénéficier de nos dernières actualiés.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page