A LA UNEALERTE INFOSPOLITIQUESÉCURITÉ BF

Coup d’État au Burkina Faso – Le Parti Indépendant du Burkina de Maxime Kaboré prend acte de ce bouleversement et lance un appel à la préservation de l’intérêt supérieur du peuple et du pays dans son aspiration légitime à la démocratie et au progrès.

SITUATION NATIONALE DÉCLARATION DU PARTI INDÉPENDANT DU BURKINA (PIB)   PEUPLE DU BURKINA FASO, CONCITOYENNES, CONCITOYENS. Depuis 2012, toute la région sahélienne a été entraînée dans la spirale terroriste, souvent entremêlée à des confits intercommunautaires. Longtemps épargné par les groupes armés actifs au Sahel, notre pays est fortement confronté, depuis 2015, à des vagues récurrentes d’attaques terroristes, à des enlèvements et autres tueries fréquemment perpétrés contre les populations, les FDS et autres représentants de l’Etat. A cela s’ajoute les nombreux saccages des édifices publiques et privés avec le nombre sans cesse grandissant de déplacés internes. A l’inverse, les réponses à l’hydre terroriste sont restées lentes avec des victoires facilement réversibles, perçues comme un désaveu de la gouvernance dans la pratique. L’ampleur des attaques terroristes est allée de pair avec une dégradation des bases institutionnelles de l’Etat avec un fort taux de fronde sociale. En tout état de cause, il est indéniable que la première des exigences de l’action de tout pouvoir politique est d’œuvrer à consolider la stabilité du pays et mettre en œuvre des actions de développement pour une croissance soutenue, avec une claire conscience des attentes des citoyens de tous les horizons et de tous les âges. Face à ces « espoirs déçus » et « écarts entre les attentes citoyennes et les résultats concrets », le 24 janvier 2022, un groupe de militaires a décidé de mettre « fin au pouvoir de Monsieur Roch Marc Christian KABORE… » par l’installation du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) au pouvoir. Tel qu’il ressort de sa déclaration, le déterminant majeur de la prise du pouvoir par le MPSR est la restauration de la souveraineté de notre patrie. Pour certaines populations, un coup d’Etat qui permettrait de mettre en place des institutions pérennes afin de relever les défis auxquels leur pays respectif sont confrontés ne peut qu’être salvateur. Le Parti Indépendant du Burkina, prend acte de ce bouleversement et lance un appel à la préservation de l’intérêt supérieur du peuple et du pays dans son aspiration légitime à la démocratie et au progrès. Cette prise de pouvoir par l’armée liée aux crises de la légitimité exige un accompagnement et un suivi du processus de transition afin d’en préserver les acquis et d’éviter les éventuelles dérives. Les réponses aux crises constitutionnelles peuvent devenir rapidement des facteurs de crispations et des sources de conflits, si leur conduite n’est pas intégrée dans une démarche fondée sur la maîtrise de leurs déterminants ainsi que le respect des principes de souveraineté des Etats et permettre à l’armée, seule force organisée de mettre sa puissance et son organisation au service de la nation. Inverser l’escalade de la violence des groupes terroristes au Burkina Faso nécessitera une présence sécuritaire renforcée, accompagnée d’un engagement plus soutenu de toutes les filles et de tous les fils du pays des hommes intègres sans exclusion aucune, dans un esprit de solidarité, de dialogue constructif, de cohésion sociale et d’unité nationale. Se fondant sur son attachement à la souveraineté nationale, le PIB prend à témoin l’ensemble du peuple souverain pour dire que maintenant et plus que jamais, la communauté internationale, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est appelée plus que tout autre à trouver un compromis entre des intérêts opposés d’une « certaine exigence démocratique » et « les espérances certaines des populations ». La manière dont la CEDEAO gère les crises actuelles dans la sous-région, met en exergue le fossé qui se creuse entre les Chefs d’Etat qui sont perçus en Afrique de l’Ouest comme un syndicat, et les populations dont les aspirations ne sont pas suffisamment prises en compte par les mêmes Chefs d’Etat. Dans l’attente de la feuille de route des nouvelles autorités, le PIB appelle à une union sacrée dans le combat pour la paix et la stabilité, l’intégrité et la souveraineté de notre patrie. Dans cette perspective, nous invitons le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration d’œuvrer à la réconciliation nationale, de favoriser le retour des exilés, de garantir davantage de liberté individuelle et collective du citoyen et de l’ensemble des citoyens. La relaxe des prisonniers politiques serait un symbole fort du retour à la sérénité nécessaire au renforcement de la lutte contre le terrorisme pour la restauration de l’autorité de l’État. C’est à ce prix que nous pourrions garantir le retour des déplacés internes et favoriser le retour à un ordre constitutionnel normal exempt de toute précipitation dommageable à l’organisation réussie de nouvelles élections. Un accent doit être mis sur la lutte contre la corruption et l’impunité, combattre les incivilités et l’incivisme, remettre les gens au travail, l’ardeur au travail en somme, la restauration de l’intégrité du burkinabè et des valeurs de droiture morale, de probité et d’exemplarité Le PIB préconise que soit mis en place un cadre permanent de concertation et d’échanges entre toutes les forces vives de la nation pour le suivi et l’opérationnalisation des priorités nationales qui seront déclinées par le MPSR. Au peuple sa souveraineté ! Au peuple, son agenda ! Peuple uni, peuple vainqueur ! Que Dieu bénisse le Burkina Faso. Le Président Dr Maxime KABORÉ Chevalier de l’Ordre National.

Bienvenue sur Mediaplus Info !

Abonnez-vous pour bénéficier de nos dernières actualiés.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page