A LA UNEALERTE INFOSPOLITIQUE

SITUATION DU PRÉSIDENT KABORÉ, LE MPP DANS LA DÉSINFORMATION ET LA SUBVERSION. ISSAKA LINGANI DÉCRYPTE LA SITUATION

CONTRAIREMENT AUX ALLÉGATIONS DE CE QUI RESTE DE LA DIRECTION DU MPP MOURANT, C’EST L’ANCIEN PRÉSIDENT ROCH MARC CHRISTIAN KABORÉ QUI A FIXÉ LUI-MÊME LES TERMES DE SA RÉSIDENCE SURVEILLÉE : LE LIEU COMME CEUX QUI PEUVENT LUI RENDRE VISITE !
IL EST LOIN D’ÊTRE LE PRISONNIER TORTURÉ PRÉSENTÉ ET NE SE SENTIRAIT CONCERNÉ NI PAR LES GESTICULATIONS DE BALLA SAKANDÉ ET DE SES PETITS COPAINS, NI PAR DES ACTIONS MENÉES PAR CERTAINES PERSONNES EN SON NOM ET D’AILLEURS À SON INSU.
ON L’AURA COMPRIS, EN PLEIN PROCESSUS D’IMPLOSION LE MPP CHOISIT LA FUITE EN AVANT AU LIEU DE SE CONCENTRER AVEC LES PATRIOTES SUR LE SORT DU PAYS QU’IL A CONDUIT AU BORD DU GOUFFRE.

De deux choses l’une : ou la direction nationale du MPP est très mal informée auquel cas elle est d’une irresponsabilité sans nom en distillant de fausses informations très sensibles sur la situation de l’ancien président à un moment où le pays est en ligne de mire de snipers prêts à le descendre, ou elle agit en connaissance de cause dans une démarche politicienne cynique visant à tenir l’image de la Transition, voir à compromettre la situation de celui qu’elle prétend plaindre. À moins que ça ne soit les deux à la fois.
En effet, la situation du président déchu Roch Marc Christian KABORÉ est tout sauf ce que Balla et ses amis ont décrit à leur conférence de presse du jeudi 24 mars 2022 dernier.

BALLA FAIT DE LA DÉSINFORMATION POLITICIENNE

À l’en croire:  » Le Président Kaboré n’est pas en résidence surveillée mais il est en détention  » et cela dans des conditions extrêmement dures puisqu’il aurait été  » déplacé d’un point A à un point B, d’un point B à un point C et probablement d’un point C à un point D « . Il enfonce le clou en précisant qu’il  » ne peut passer qu’une heure avec ses enfants, … il n’a pas droit aux téléphones, il n’a pas droit à des visites (…) Aujourd’hui ne peut le voir que son médecin, ses aides de camps, ses enfants, son épouse et ce, pour une heure « .

En vérité, les faits sont tout autre ; Roch Marc Christian KABORÉ est loin d’être le prisonnier persécuté et traumatisé décrit par le ponte de l’ancien parti au pouvoir. Il n’a pas été changé plusieurs fois de « lieux de détention » encore moins « ses conditions de détention durcies » au point qu’il ne pourrait que recevoir « son médecin et sa famille et seulement une heure par jour ». Tout ça est faux et archi faux et relève à la fois d’une provocation insensée et de manoeuvres politiciennes sordides d’une direction politique aux abois qui se sent abandonné par son mentor et qui sent le sol se dérober sous ses pieds, des pans importants de militants et pas des moindres quittant avec vacarme le navire en perdition.

LE PRÉSIDENT ROCH REÇOIT QUI IL VEUT, COMME IL VEUT

Si Balla SAKANDÉ et ses petits copains ne sont plus reçus par Roch, c’est du propre et unique fait de ce dernier qui ne veut certainement plus sentir l’odeur fétide de la trahison et de l’hypocrisie qu’ils dégagent.

Encore une fois, c’est lui-même qui aurait choisi en toute liberté de ne pas être en contact ouvert avec l’extérieur. On se rappelle qu’aux premiers visiteurs qu’il avait reçu aux lendemains de sa chute il avait clairement signifié qu’il se sentait plutôt soulagé par la situation ; qu’il dormait maintenant à 20H ce qu’il n’avait pas connu depuis 1989 et qu’il était bien traité. Il n’ y a donc aucune contrainte sécuritaire particulièrement drastique contre l’ancien président. Pour tout dire l’opinion publique avait été quelque peu étonnée voir même certains citoyens révoltés de voir l’ancien président accueillir et raccompagner ses visiteurs au perron de sa porte comme si de rien n’était.
Tout le monde, même les plus fervents « rockistes », en commençant par lui-même Balla, devraient et sont en mesure de comprendre que sa situation exige un minimum de mesures de sécurité. La moindre des choses est qu’il devrait être en résidence surveillée comme Balla lui-même le suggère.

SUBVERSION ET DÉMAGOGIE POUR RASSEMBLER PAR LE « SORT » DU PRÉSIDENT DÉCHU

D’où vient-il alors que le MPP, enfin ce qu’il en reste, rassemble comme dans un sursaut de désespoir ses dernières énergies pour ameuter l’opinion publique nationale et internationale sur du faux ? En réalité, cette conférence de presse, la sortie des ressortissants du Ganzourgou, la province natale de Monsieur KABORÉ, celle des enfants piteusement manipulés pour exiger sa libération, les graffitis sur des édifices publics à Ouagadougou ces derniers jours, les gesticulations de certains activistes de la société civile, les cris de gorets qu’on écorche vifs de certains militants zélés, les publications incendiaires sur la toile des réseaux tarifés, les publications au vitriol d’analystes intéressés qui ont, on ne sait pourquoi, comme brutalement perdus le sommeil, la plainte des avocats de Roch, la campagne contre la France et d’appel à aller vers la Russie, … participent d’une seule et même stratégie visant à tenir l’image de la Transition et susciter des sanctions contre le pays, distraire les dirigeants et le peuple burkinabé de l’essentiel, se protéger par anticipation d’éventuelles poursuites judiciaires, tenter de sauver le parti en invoquant la nécessité de s’unir autour du « drame de l’ex-président », etc.

IL SAVOIR RAISON GARDER

De toute évidence, le mpp va chercher à nous pourrir la vie les semaines à venir sur les restrictions de libertés de certains des leurs du fait des procédures qui vont immanquablement être engagées contre eux. Rappelons-le, c’est leur régime qui a promis, certes par contrainte et au soir de son existence, l’opération mains propres et tout naturellement cette opération va viser ceux qui étaient aux affaires et c’était eux ! Donc personne ne devrait être surpris de voir par dizaines d’anciens ministres, DG, présidents d’institutions, responsables à divers niveaux, maires, et autres rejoindre les différentes maisons d’arrêt et de correction du pays. Naturellement nombre d’entre eux seront des militants zélés ou des sympathisants des partis de l’ancienne majorité, puisque une des conditions exigées pour prétendre à ces responsabilités était de prendre la bonne carte. On les voit déjà venir et il faudra être intransigeant pour ne pas se laisser ni intimider, ni distraire. S’il ne s’agit pas d’une chasse aux sorcières, il faudra aussi agir sans complaisance.

On en est à se demander s’il ne faudrait pas aller chercher dans notre histoire récente des remèdes qu’il a déjà utilisés lui-même contre d’autres, pour, à bon escient, calmer les ardeurs de l’ex parti au pouvoir ! A moins qu’il ne sache raison garder et accepte assumer toutes ses responsabilités.

BALLA TOUT JUSTE ENTENDU SUR SES FAUSSES DÉCLARATIONS

En attendant, le président du mpp, Balla SAKANDÉ a dû s’expliquer sur ses déclarations subversives et mensongères sur la situation de l’ancien président KABORÉ. Encore une fois le pouvoir s’est montré d’un réel humanisme en ne lui appliquant même pas le minimum de la garde-à-vue nécessaire dans ce type de dossier. Cette ouverture devrait être appréciée à sa juste valeur et ne pas être considérée comme de la faiblesse et ouvrir la porte à des déclarations à l’emporte pièces.

On le sait, le mpp a décidé de se mettre en marge de la transition ; c’est son choix et c’est son droit le plus absolu ; mais cela ne saurait être un motif pour chercher à entraver la bonne marche de cette transition.
A bon entendeur, …

Issaka LINGANI

Bienvenue sur Mediaplus Info !

Abonnez-vous pour bénéficier de nos dernières actualiés.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page