A LA UNEALERTE INFOSSÉCURITÉ BF

Le Point de presse du Commandement des Opérations du théâtre National présenté ce jour 24 Juin 2022 par le Lieutenant-colonel Yves Didier BAMOUNI

Éléments Intervention du COTN

POINT 1 : Incidents sécuritaires

Sur la période écoulée, les incidents sécuritaires restent marqués par l’attaque lâche et barbare des populations civiles de SEYTENGA. Nous reviendrons sur ce point plus loin. Les autres incidents ont concerné les enlèvements de citernes, l’attaque de la mine de Karma, et les prêches et autres intimidations des populations.

POINT 2 : Actions offensives

Les actions offensives des FDS se poursuivent sur toute l’étendue du territoire en étroite collaboration avec les VDP et les armées partenaires. Je vous ferai l’économie des actions menées dont les plus significatives ont fait l’objet du bulletin mensuel d’informations. Sur ce sujet particulier, je voudrais rassurer les populations que les FDS assument leur rôle de traque des groupes armés terroristes qui refusent l’offre de dialogue du Chef de l’Etat.

POINT 3 : Actions au profit des populations

Nos actions envers les populations, objectif primordial de cette lutte contre le terrorisme, se renforcent. Les populations, les acteurs économiques, qui le souhaitent, continuent de bénéficier des appuis quotidiens offerts par les FDS avec pour objectif principal de renforcer la résilience des populations qui acceptent de vivre dans les zones à fort défi sécuritaire.

POINT 4 : Focus sur les événements de SEYTENGA

Suite à l’attaque barbare qui a visé les FDS et les populations civiles de SEYTENGA dans la province du Séno les 09 et 10 juin 2022, les Forces Armées Nationales, avec le concours des forces de sécurité intérieure sont intervenues sur les plans opérationnel et humanitaire pour venir en aide aux populations.

Sur le plan opérationnel, des unités d’intervention ont été déployées dans la zone pour conduire des opérations de sécurisation. La première phase de ces opérations a consisté à gérer les conséquences de l’attaque. A ce propos, les opérations ont consisté à sécuriser la localité tout en levant les doutes sur les risques d’embuscade et de piégeage, fouiller les concessions pour rechercher les corps et à aider à l’inhumation des corps. Au bilan, on dénombre 86 corps de civils qui ont été dénombrés dont la plupart a été retrouvée dans des concessions. Il est aussi important de préciser que selon certains témoignages, des corps auraient été enlevés ou inhumés par des proches de défunts avant d’avoir pu être comptabilisés. Des enquêtes ont été ouvertes par la Brigade Spéciale d’Investigation Antiterroriste de concert avec les services sociaux pour recenser ces cas.
La deuxième phase de ces opérations a consisté à la traque des auteurs de cette barbarie. A ce niveau, je voudrais rassurer l’opinion que tous les moyens, incluant ceux des partenaires, sont mis en œuvre pour rechercher et mettre hors d’état de nuire ces individus. La promesse faite par le Chef de l’Etat aux populations de SEYTENGA sera tenue.

Sur le plan humanitaire, les unités ont, dès les premières heures, apporté une aide aux populations de SEYTENGA qui se déplaçaient vers la ville de Dori. Elles ont également soutenu les équipes du ministère en charge de l’action humanitaire dans le tri, l’installation et la prise en charge des personnes déplacées internes.

Point 5 : Focus sur les grandes décisions du CSDN

Le Président du Faso, Chef suprême des Armées a convoqué le lundi 20 juin 2022 le Conseil Supérieur de la Défense Nationale pour une session autour de la situation sécuritaire. Trois grandes décisions ont été prises au cours de ce conseil :

  1. Création d’une Brigade de veille et de défense patriotique (BVDP)
    Il s’agit d’une importante réorganisation des Volontaires pour la Défense de la Patrie. Bien que le concept des VDP ait fait la preuve de son efficacité sur le terrain, force est de reconnaitre que plusieurs insuffisances ont été constatées au fil de sa mise en œuvre. L’idée de cette réorganisation est donc de combler ces insuffisances en se basant sur les leçons tirées depuis la mise en place des VDP.
    La constitution des VDP en brigade relevant opérationnellement du COTN et sous tutelle administrative du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants va donner plus de cohérence au concept et permettre un meilleur encadrement et soutien dans l’emploi de ces supplétifs dont les missions s’articulent autour de :
     La coordination opérationnelle de la défense civile du territoire ;
     La contribution à la recherche du renseignement ;
     Et la défense de certaines parties du territoire en cas de nécessité.
    L’idée est de mieux organiser ces VDP afin de les intégrer pleinement dans le dispositif militaire et sécuritaire déployé pour lutter contre le terrorisme.
    Ce qui va concrètement changer, c’est :
  • Une hausse des effectifs des VDP pour constituer une réserve opérationnelle pour les FDS ;
  • Un renforcement du processus de sélection pour permettre une meilleure représentativité de toutes les sensibilités de la commune ;
  • Un meilleur encadrement et une meilleure coordination avec les unités opérationnelles ;
  • Un meilleur maillage du territoire ;
  • Une amélioration des conditions de travail.
  1. Création de deux zones d’intérêt militaire

La zone d’intérêt militaire s’entend de toute portion du territoire délimitée pour la conduite d’opérations militaires par les Forces terrestres ou aériennes et présentant un intérêt tactique dans les circonstances particulières du moment.
La zone d’intérêt militaire de la région de l’Est est centrée sur les aires protégées de la région, en occurrence :
 La réserve d’Arly ;
 La réserve de Kourtiagou ;
 La réserve de Madjoari ;
 Celles de Pama, Singou et du Parc national W.
Quant à la zone d’intérêt de la région du Sahel, elle couvre la province du Soum. Ladite zone est ainsi délimitée :
 Au nord, par la ligne frontalière Burkina Faso – Mali ;
 A l’est, par les localités de Soum Bella, Gaskindé, Oka, et Souma ;
 Au sud, par les localités de Souma, Filio et Damba ;
 Et à l’ouest, par les localités de Tem et Pogol Djambé.
Il y est interdit toute présence ou activité humaine aux risques de s’exposer aux effets des opérations militaires qui y seront conduites. Un délai de 14 jours sera accordé aux populations résidantes pour rejoindre des zones plus sécurisées.
La prise de cette décision s’explique par un impératif de distinction. Face à cette hybridité de la menace, il est très important pouvoir distinguer les amis des ennemis, ce qui est un principe clé du droit international humanitaire. C’est pourquoi, je voudrais inviter les citoyens encore républicains à évacuer ou éviter lesdites zones.

  1. Interdiction de circulation d’engins motorisés dans les zones à fort défi sécuritaire
    Il est décidé d’interdire pendant une période de trois mois la circulation des motos de type ALOBA, SANILI ou FORTUNE ainsi que les tricycles à usage de transport de passagers dans les zones à fort défi sécuritaire. Huit régions administratives sont concernées par cette mesure. Il s’agit des régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, du Centre Est, du Centre Nord, de l’Est, des Hauts Bassins, du Nord et du Sahel. Les autorités administratives compétentes préciseront les provinces, communes et villages concernés par cette mesure. Dès la prise de ces mesures, les contrevenants s’exposeront aux risques liés aux opérations militaires. Une fois de plus, cette décision répond aux besoins de distinction et de réduction des capacités opérationnelles des groupes armés.

Conclusion

Toutes ces mesures sont prises dans le cadre des sujétions liées aux nécessités de la défense nationale. Nous comprenons qu’elles auront des conséquences désagréables sur la vie des populations concernées. Mais nous savons aussi compter sur leur compréhension car des situations exceptionnelles d’insécurité appellent des mesures particulières dont le but ultime est la protection durable des populations. J’en profite encore pour réitérer l’appel à la collaboration des populations car l’action militaire ne sera décisive que si les populations civiles prennent réellement conscience du rôle qu’elles ont à jouer dans cette guerre.

Pour la Patrie, nous vaincrons !
Je vous remercie

Lieutenant-colonel Yves Didier BAMOUNI

Commandant des Opérations du Théâtre National

Bienvenue sur Mediaplus Info !

Abonnez-vous pour bénéficier de nos dernières actualiés.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page