A LA UNEALERTE INFOSPOLITIQUESOCIETE

OBSERVATOIRE NATIONAL INDEPENDANT BURKINA FASO POUR UNE TRANSITION REUSSIE Unité-Progrès-Justice (ONI-TR). COMMUIQUE DE PRESSE

Le 16 septembre 2022, à l’appel d’un groupe d’Organisations de la société civile, devait avoir lieu devant les locaux de la Brigade Centrale de Lutte contre la Cybercriminalité (BCLCC), une manifestation pour selon leurs organisateurs exiger la libération de leur camarade Ollo Mathias KAMBOU alias Kamao qui aurait été interpellé par ladite brigade pour offense et injures publiques contre le Chef de l’Etat.

En effet dans une publication faite le 4 septembre 2022 sur sa page Facebook celui-ci proférait des propos injurieux contre le président du Faso. Incontestablement les propos incriminés sont des injures directes et violentes, n’ayant rien à voir avec une quelconque expression d’opinions. Ils ont d’ailleurs provoqué une vaste vague d’indignation et de réprobation au sein de l’opinion publique nationale.

Alors qu’on s’attendait, à ce qu’en toute responsabilité les camarades du mis en cause fassent amende honorable et sollicite l’indulgence et la compréhension, ceux-ci ont préféré faire dans la surenchère comme si tout cela participait d’une stratégie murement planifiée à des buts non avoués. Naturellement ce comportement anachronique a suscité la méfiance et fortement amplifié la réprobation au sein de l’opinion publique. Il a même profondément choqué des citoyens qui n’ont pas, eux aussi, manqué de s’exprimer sans gants sur la situation.

Pour répondre au mot d’ordre de mobilisation des partisans de m. KAMBOU ces citoyens légitimement indignés ont décidé de se mobiliser eux aussi pour, tout au contraire de ceux-ci, pour exiger une saine et stricte application de la loi et s’opposer à toute pression sur la justice et les enquêtes qui étaient en cours.
C’est dans le cadre de cette mobilisation citoyenne dont nul ne peut valablement contester le bien fondé qu’une risque a malheureusement éclatée entre les deux groupes entrainant des coups et des blessures sur un des participants à la double manifestation de ce 16 septembre 2022.

Au regard de tous ces faits :
– Prenant en compte le contexte sécuritaire et ses implications en termes de prudence maximum à observer devant les installations à caractère stratégique tel que le siège de la BCLCC ;
– Profondément attaché à une saine et indépendante application de la justice ;
– Convaincu que le respect des institutions de la République passe nécessairement par le respect des lois et des personnes et personnalités qui incarnent ces institutions ;
– Convaincu de la nécessité impérieuse d’assainir le discours dans les réseaux sociaux, d’œuvrer à apaiser les cœurs et de policer les débats ;
– Conscient de son rôle d’éducation et d’éveil des consciences ;

L’Observatoire National Indépendant pour une Transition Réussie (ONI-TR) :

 -  Désapprouve sans ambiguïté aucune les propos injurieux de M KAMBOU à l’encontre du Président du Faso et en toute bonne logique les comportements belliqueux de tous ceux qui le soutiennent dans cette action ;
 -  Désapprouve les appels à manifester devant les locaux du BCLCC et les trouve particulièrement irresponsables en cette période d’insécurité ; 
 -  Interpelle les pouvoirs publics quant à leurs responsabilités insuffisamment précises pour prévenir le trouble à l’ordre public intervenu le 16 septembre 2022 ;
 -  S’élève contre toute forme de violences surtout entre OSC ;
 -  Souhaite un prompt rétablissement aux blessés du 16 septembre 2022 ;
 -  Demande la clémence de la justice en faveur des prévenus appelés à comparaitre ce 23 septembre 2022 ;

L’ONI-TR appelle les acteurs de la scène sociopolitique à la retenue et à la responsabilité et invite tous ses sympathisants et l’ensemble du peuple burkinabè à se focaliser sur l’objectif principal de la Transition qui est la sauvegarde de notre nation en danger réel de disparition.

Fait à Ouagadougou le 22 septembre 22

La Présidente Yvette BELÉM

Bienvenue sur Mediaplus Info !

Abonnez-vous pour bénéficier de nos dernières actualiés.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page